5 questions à Marie-Eve Blanchard

Mawoui. Cacalutta. Mexique

5 questions à Marie-Eve Blanchard de Como la Espuma.

JE NE PARS JAMAIS SANS…  

Outre l’incontournable carnet, je trimbale constamment avec moi un bandana, un couteau et des boîtes de conserve de thon aux tomates séchées… pratique !

JE POURRAIS Y VIVRE…

Vancouver, indéniablement! Sortir du centre-ville et me retrouver cinq minutes plus tard dans English Bay me fascine littéralement! J’adore!  Sinon, pour y écrire dans une sorte de «retraite», Las 9 Bahias de Huatulco au Mexique.

J’Y MANGERAIS TOUS LES JOURS…

Osteria Pizzeria I’Giuggiolo à Firenze en Italie. La pizza margherita est juste incroyable et le Chianti est servi au carafon. Aussi pour l’expérience des restaurants traditionnels italiens bondés et assiégés par des familles bien tardivement le soir.  Le Nyonya, superbe restaurant malaysien dans la petite Italie à New York, pour le dépaysement et le rôti canai (une de crêpe accompagnée de sauce au curry pimentée). Mon ami Gabi à Las Vegas pour les huîtres et le foie gras. Pizzeria Uno à Chicago pour l’inimitable et originale Deep Dish Pizza. N’importe quel palapa mexicain en bord de mer qui prépare un licuado de papaya (genre de milk-shake de papaye avec du lait ou de l’eau), de l’agua de Horchata (un breuvage à base de riz et d’amandes) et un Huachinango a la talla (un poisson braisé sur le feu) réalisés avec amour! Mium!

J’AI DÉJÀ FAIT…

Danser toute la nuit sur le parvis d’une église, puis dans la mer durant un pèlerinage gitan dans la Camargue. Dormi dans le coffre arrière d’une voiture à Cannes (mouais?!). Parcouru le Costa Rica seule en jeep avec ma fille de deux ans. Campé seule durant trois semaines dans les Rocheuses canadiennes, bien mal équipée. Croisé une maman grizzly et ses bébés, pire frousse de ma vie.  Baignée innocemment  dans une lagune au Mexique avec des crocodiles…

JE N’AVOUERAIS JAMAIS MÊME SOUS LA TORTURE QUE…

J’ai traversé le Canada en autobus et je suis finalement revenue en avion  (plutôt que prendre mon billet de retour de Greyhound…) après un mois de nature sauvage et de camping.  J’étais complètement à bout et épuisée, mais avant tout en fuite et en peine d’amour… J’avais des choses à régler. 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s